À lire

/À lire
À lire 2018-03-09T16:03:49+00:00

Vous avez besoin de vous documenter davantage sur la prostitution ou sur un sujet connexe? Votre soif de lecture n’a toujours pas été étanchée suite à la visite de nos pages? Voici quelques une liste classée de d’ouvrages, de revues et de roman à consulter!

Nous souhaitons agrandir notre section lecture: veuillez-nous faire part de vos suggestions d’ouvrages et de romans par courriel!

Prostitution

Lilian Mathieu rend compte ici de plus de dix ans d’étude attentive de cet univers particulier qu’est la prostitution. Les logiques d’entrée dans le monde du trottoir, les modes d’exercice de la sexualité vénale, les conditions de vie – ou, le plus souvent, de survie- des femmes et hommes prostitués, les raisons pour lesquelles elles et ils se maintiennent sur le trottoir, leur rapport au monde du travail «normal» sont ici analysés dans toute leur complexité.

C’est parce qu’elles ignorent cette complexité que les positions qui monopolisent le débat public sur la prostitution sont insatisfaisantes. L’auteur montre que la polémique entre reconnaissance ou abolition de la prostitution est stérile. C’est en plaçant cette activité marginale au coeur de la question sociale que la condition prostituée pourra espérer trouver une forme d’émancipation.

  • La prostitution, Claudine LEGARDINIER, Éd. Milan (Les Essentiels Milan), 2002.

Lilian Mathieu rend compte ici de plus de dix ans d’étude attentive de cet univers particulier qu’est la prostitution. Les logiques d’entrée dans le monde du trottoir, les modes d’exercice de la sexualité vénale, les conditions de vie – ou, le plus souvent, de survie- des femmes et hommes prostitués, les raisons pour lesquelles elles et ils se maintiennent sur le trottoir, leur rapport au monde du travail «normal» sont ici analysés dans toute leur complexité.

C’est parce qu’elles ignorent cette complexité que les positions qui monopolisent le débat public sur la prostitution sont insatisfaisantes. L’auteur montre que la polémique entre reconnaissance ou abolition de la prostitution est stérile. C’est en plaçant cette activité marginale au coeur de la question sociale que la condition prostituée pourra espérer trouver une forme d’émancipation.

Catherine Deschamps a mené une enquête de plusieurs années au plus près de celles et ceux qui vendent des prestations sexuelles. Au fil des rencontres et des anecdotes se révèlent la complexité et les paradoxes de la prostitution urbaine contemporaine, que l’auteur analyse autour de trois éléments concrets et hautement symboliques : le corps, l’argent et l’espace public.

Aujourd’hui, avec la stagnation du pouvoir d’achat, des femmes, souvent mères monoparentales, se retrouvent dans l’obligation ponctuelle de pratiquer le « hard discount » pour se nourrir et nourrir leurs enfants. De jeunes étudiantes, en mal d’un logement décent à prix raisonnable, rentrent dans la spirale du « logement contre sexe ». D’autres enfin, les « sugar babies », accompagnent de riches hommes d’affaires pour financer leurs études. Nourrie de témoignages chocs collectés, l’auteure lève le voile sur un tabou devenu réalité sociale : la prostitution alimentaire. Ici, le plaisir a fait place au besoin.

Romans sur la prostitution

Dans les années 1970, à l’âge de 11 ans, Christiane débarque à Berlin, dans les quartiers pauvres. Battue par un père alcoolique, de nature rebelle, Christiane n’est que trop heureuse le jour où elle va habiter avec sa mère qui a demandé le divorce. Mais c’est une enfant fragile et influençable. Délaissée par sa mère, elle dispose d’une très grande autonomie. Guidée par ses amis, elle fume ses premiers joints à l’âge de 12 ans à peine, et commence à se gaver de LSD, de haschich et de médicaments psychotropes en tout genre. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle fait ça. Pour elle c’est un peu dans la continuité de sa vie. Vie qu’elle n’aime pas. Mais elle aime ses amis. A 13 ans elle se fait son premier fixe d’héroïne. C’est le début de sa descente aux enfers.

  • Putain, Nelly Arcan, Seuil, 2002.

Enfermée dans une chambre d’où elle voit venir à elle la foule des hommes, une jeune femme, promise à qui possède assez de dollars dans sa poche pour se croire élu, transcrit entre deux clients les incantations qui la maintiennent encore en vie. S’élève alors un chant de jouissance et de mort scandaleusement intime et qui pourtant recèle quelque chose d’archaïque et d’envahissant, voire d’universel. Un livre incestueux, fantasmatique et obsessionnel, qui est autant une mise à nu, un cri, qu’un exorcisme.

« L’année de mes quatre-vingt-dix ans, j’ai voulu m’offrir une folle nuit d’amour avec une adolescente vierge. Je me suis souvenu de Rosa Cabarcas, la patronne d’une maison close qui avait l’habitude de prévenir ses bons clients lorsqu’elle avait une nouveauté disponible.

Je n’avais jamais succombé à une telle invitation ni à aucune de ses nombreuses tentations obscènes, mais elle ne croyait pas à la pureté de mes principes. La morale aussi est une affaire de temps, disait-elle avec un sourire malicieux, tu verras. » G.G.M.

Travail du sexe

Depuis 1973, des travailleuses et travailleurs du sexe aux quatre coins de la planète se regroupent et se mobilisent. Qui sont ces personnes, comment s’organisent-elles et pourquoi revendiquent-elles la décriminalisation de leur travail ? Qu’ont-elles à dire à propos du syndicalisme, du féminisme, de la lutte contre le sida, de la violence ou des phénomènes migratoires ? Tout en situant le mouvement des travailleuses du sexe dans son contexte historique et international, cette anthologie unique propose une sélection de documents inédits ou traduits en français pour le première fois. Luttes XXX nous invite à la rencontre d’un mouvement social méconnu. Ici, les voix des travailleuses et travailleurs du sexe, longtemps réduites au silence, s’élèvent, réclament justice.

À l’opposé de l’exploitation que subissent les victimes des réseaux mafieux, il existe une prostitution délibérément choisie que les mouvements abolitionnistes s’obstinent à nier. Face à une société libérale qui promeut une marchandisation déshumanisée de la sexualité et à un État hypocrite dont la politique répressive aggrave leurs conditions d’existence, ces travailleu(r)ses du sexe se battent pour que la prostitution libre soit considérée comme un métier et pour faire reconnaître leurs droits. À rebours des idées convenues et convenables, ce livre retrace leurs parcours surprenants et restitue leur parole, souvent dérangeante. Pour quelles raisons choisit-on de se prostituer ? S’agit-il d’un travail comme un autre ? Peut-on y trouver du plaisir ? Qui sont les client(e)s des prostitué(e)s ? Pourquoi les travailleu(r)ses du sexe sont-elles à ce point stigmatisées ? La répression dont elles font l’objet sert-elle la lutte contre le proxénétisme ou une volonté de contrôle de notre sexualité ? La société aurait-elle peur de leur liberté ?

Basé sur une histoire vraie, ce livre est l’une des études les plus objectives jamais réalisées sur la prostitution. Plutôt que d’être le résultat d’une culture mâle qui diminue la femme au rang de simple objet, la prostitution semble bien être devenue une forme lucrative d’exploitation de la misère sexuelle des hommes. À travers l’histoire d’une jeune prostituée de Québec, l’auteure analyse le complexe engrenage social qui entraine des personnes à se prostituer et d’autres à payer pour ces services.

In Playing the Whore, journalist Melissa Gira Grant turns these pieties on their head, arguing for an overhaul in the way we think about sex work. Based on ten years of writing and reporting on the sex trade, and grounded in her experience as an organizer, advocate, and former sex worker, Playing the Whore dismantles pervasive myths about sex work, criticizes both conditions within the sex industry and its criminalization, and argues that separating sex work from the “legitimate” economy y only harms those who perform sexual labor. In Playing the Whore, sex workers’ demands, too long relegated to the margins, take center stage: sex work iswork, and sex workers’ rights are human rights.

Romans écrits par des travailleuses du sexe

  • Escorte, Mélodie Nelson, Transit Éditeur, 2010.

Mélodie Nelson n’est ni une nympho ni une droguée à la dérive et encore moins une petite fille perdue à la recherche d’un « monsieur avec belle situation », mais tout simplement une jeune femme qui a pris beaucoup de plaisir à vivre une expérience de quelques années dans l’industrie du sexe. Ce livre est avant tout un témoignage assumé et jubilatoire, qui renvoie les féministes à l’hypocrisie de leur discours et nous dit avec beaucoup de sincérité et une jolie pointe d’humour qu’être pute, ce n’est pas nécessairement être une traînée ni même la fin du monde, mais surtout que ça fait moins mal aux pieds qu’être serveuse dans un bar six soirs par semaine.

Laura est étudiante en première année à l’université. Elle est issue d’un milieu modeste. Consciente des difficultés financières familiales, elle entend se débrouiller toute seule. Mais sa précarité grandissante finit par hypothéquer sérieusement la poursuite de ses études. Déterminée à réussir, elle cumule les petits boulots avant de s’apercevoir assez vite qu’activité rémunérée et études ne sont pas facilement conciliables. Un soir, alors qu’elle surfe sur Internet, elle découvre un type d’annonces particulier, classées sous la catégorie rencontres vénales. Piquée de curiosité et poussée par le besoin urgent d’argent, elle répond à une offre d’un homme qui cherche une masseuse. En un clic sa vie bascule dans le monde de la relation sexuelle tarifée et de ses clients toujours plus nombreux.

Scandaleuse pour certains, courageuse pour d’autres, Belle de Jour est une call-girl de luxe. Comme beaucoup d’étudiants fraîchement diplômés, à son arrivée à Londres, la jeune femme doit trouver un moyen rapide de gagner de l’argent. Par un hasard de la vie, pour elle, ce sera l’agence d’escortes. Une activité qui devient vite un travail à plein temps tant il présente d’avantages : stabilité de l’emploi, grande indépendance, revenus maximum. Mais surtout, pour Belle de jour, loin de l’ennui mortel du bureau, c’est la promesse d’une vie sociale et sexuelle débridée. En assumant son choix, même auprès de son compagnon, de ses amis et de ses ex-amants, elle y prend goût, plus qu’elle ne l’aurait imaginé… Belle de Jour est le nom de plume de l’auteur. Arrivée à Londres en 2003 pour ses études, elle travaille comme call-girl de luxe et consigne ses aventures dans un blog élu « blog le mieux écrit de l’année » par The Guardian.

Histoire de la prostitution

Ce livre retrace l’histoire de la prostitution depuis l’Antiquité, en dresse un état des lieux et examine les moyens d’action pour faire reculer l’exploitation sexuelle et les trafic,s qui prennent aujourd’hui de nouveaux visages se renforcent et s’internationalisent.

Étude de l’homosexualité masculine à Paris à la Belle Époque dans une période de changements profonds, de découvertes et d’innovations technologiques et scientifiques. Cette période a changé les modes de vie des homosexuels du point de vue de leur intégration sociale et a permis les premières prises de conscience collectives.

Mondialisation et tourisme sexuel

Entre le corps-capital de certaines prostituées  » de luxe  » des pays du Nord et le corps-marchandise des prostituées  » de la misère  » des pays du Sud et de l’Est, le risque de voir se développer un peu partout sur la planète un tourisme sexuel de masse n’a jamais été aussi grand. Aujourd’hui, le touriste sexuel n’a que l’embarras du choix. Le marché s’étend et se diversifie : une internationalisation de l’offre prostitutionnelle, avec des corps de plus en plus jeunes, entièrement disponibles, aux quatre coins du globe.

Nouvelles technologies et prostitution

Récemment, un syndicat étudiant estimait qu’aujourd’hui « 40 000 étudiant(e)s se prostituent en France ». La cause première en est la précarité croissante et la cherté de la vie étudiante. Cette étude, menée en 2006-2007, remplie de témoignages réels, est une description vivante de la nouveauté de cette forme de prostitution. Elle s’exerce discrètement, occasionnellement, indépendamment, à partir d’Internet, essentiellement par des jeunes femmes étudiantes qui se font appeler « escortes ». Cette étude décrit, à partir de témoignages, cette nouvelle forme de prostitution en milieu étudiant, phénomène qui s’est accentué avec la généralisation des nouvelles technologies.

Clients

Cette enquête réalisée sur la base d’entretiens avec 89 clients de prostituées porte sur les interactions qui se nouent entre les acteurs impliqués. L’objectif est une meilleure connaissance de ces interactions afin de pouvoir envisager la mise en place d’actions de prévention et d’accompagnement. A partir de l’analyse des discours des clients, l’auteur a pu dégager une typologie des clients et ce qu’il nomme quatre grandes métaphores résumant « l’arôme idéologique immédiat » du client: la métaphore de la femme-objet, la métaphore de l’animalité, la métaphore de l’assurance conduisant à une non prise de risque, et la métaphore de la bienfaisance.

Qui sont ces hommes qui paient pour le sexe ? Que pensent-ils ? Pour la première fois, les clients de la prostitution prennent la parole. Et leurs discours, auxquels répondent ici des personnes prostituées, sont un mélange de fantasmes, de peur et d’ignorance des femmes, de malaise et de contradictions. Partant des résultats de la première enquête d’opinion sur les clients de la prostitution, parue en 2004, Claudine Legardinier, journaliste, et Saïd Bouamama, sociologue, dénoncent la complaisance qui entoure ces comportements traditionnellement masculins. Ils rompent ainsi le silence qui a toujours pesé sur les pratiques des clients pour interroger leur responsabilité dans la montée de la traite des êtres humains, du tourisme sexuel et des violences contre les femmes, mais aussi dans le maintien de l’inégalité entre les sexes.

Prostitution juvénile

Ce livre a pour projet de faire le point sur la prostitution juvénile au Québec. Les deux auteurs, travailleurs sociaux au Centre de services sociaux du Montréal métropolitain, ont développé au cours des dernières années une pratique de travail auprès des jeunes prostitués des deux sexes. Leur ouvrage est jdonc le reflet de leurs pratiques et pensées professionnelles et s’inscrit nettement dans la préoccupation grandissante, depuis les cinq dernières années, des institutions et des gouvernements concernant la prostitution juvénile (Comité Badgley, rapport Fraser).

Prostitution masculine

Comment et pourquoi devient-on travailleur du sexe ? Qu’est-ce qui caractérise les garçons qui se livrent à la prostitution de rue, qui sont danseurs nus ou qui travaillent comme escortes ? En quoi se ressemblent-ils ou diffèrent-ils les uns des autres ? Comment perçoivent-ils leur métier et leur clientèle ? Comment fonctionne, en somme, le monde de la prostitution masculine ? Ce sont là quelques-unes des questions auxquelles répond cette percutante enquête de terrain. Effectuée auprès de nombreux travailleurs du sexe, cette étude dégage, entre autres, des profils ou scénarios de vie contrastés, qui montrent toute la complexité du phénomène de la prostitution au masculin.

Gangs de rue

L’implication des gangs de rue dans la prostitution juvénile change les données du problème et soulève plusieurs interrogations. Quelles sont les motivations des garçons qui se joignent à des gangs de rue? Comment les gangs de rue recrutent-ils des adolescentes pour la prostitution? Quels sont les profils types de ces adolescentes? Qui sont les clients et pourquoi recherchent-ils de toutes jeunes filles? Voilà quelques-unes des questions auxquelles répond ce livre, qui est le fruit d’une enquête menée auprès d’intervenants sociaux et de policiers, ainsi qu’auprès de jeunes filles ayant été impliquées.

Soutenir le PIaMP