FAQ

Questions courantes et réponses sur la prostitution juvénile

FAQComment définit t-on la prostitution ?

La prostitution consiste à offrir des services sexuels contre rémunération ou autres considérations matérielles (vêtements, cadeaux, etc). Ce qui fait de ces actions un acte de prostitution, c’est leur caractère contractuel. De façon claire ou tacite, les services offerts et le prix de ces services sont fixés à l’avance par les clients et les prostitués-es ou par de tierces personnes comme: des souteneurs (pimps) des responsables d’agences ou de réseaux. Même si, parfois, les personnes prostituées ne sont pas directement impliquées dans ces transactions, cela ne change en rien leurs caractéristiques commerciales et contractuelles.

Les services offerts ne se limitent pas aux seuls actes sexuels classiques et conventionnels mais impliquent toute une gamme d’activités qui peuvent se référer à des comportements comme: le fétichisme, le voyeurisme, l’exhibitionnisme, le sado-masochisme ou à la réalisation de multiples fantasmes. Certains clients peuvent se satisfaire uniquement à échanger pendant un certain temps avec un ou une prostitué-e sur différents sujets se rapportant au sexe ou non.

Quelles sont les causes de la prostitution ?

Les causes de la prostitution juvénile sont multiples. Malgré l’accent mis sur les facteurs socio-économiques et ceux liés à la dépendance aux drogues dures (cocaïne, héroïne) et à l’alcool, d’autres facteurs psychologiques viennent souvent renforcer le comportement prostitutif, rendant ainsi difficiles les tentatives de certains pour abandonner la prostitution. Ainsi, un jeune vivant avec des carences affectives certaines et croyant trouver dans la prostitution un quelconque support affectif aura de la difficulté; à envisager de quitter ce dit comportement. Certains jeunes croiront trouver dans cette pratique une possibilité d’obtenir de l’affection, du pouvoir, d’expérimenter des comportements homosexuels, etc.

Dans ce sens la prostitution juvénile est une double problématique (manque matériel et manque psychologique). Vouloir agir sur l’une des problématiques en ignorant l’autre est souvent cause de l’échec de certaines interventions.

Quelles sont les origines socio-culturelles des jeunes qui sont impliqués dans la prostitution juvénile ?

Ces jeunes viennent de toutes les couches de la société. De plus en plus de jeunes des communautés ethniques issus d’immigration récente se retrouvent dans le commerce des services sexuels. Le recrutement agressif de jeunes filles par des éléments faisant partie de groupes criminalisés ont contribué grandement à ce phénomène. Il faut aussi considérer le fait que plusieurs jeunes vont abandonner cette pratique peu de temps après l’avoir entreprise. La question serait plus de savoir l’origine socio-culturelle de ceux qui y restent.

Les garçons qui font de la prostitution, sont-ils homosexuels ?

Certains se disent homosexuels et d’autres hétérosexuels et souvent bisexuels. Ces appellations qui tendent à les catégoriser devraient être utilisées avec circonspection. Il ne faut pas oublier que ces jeunes sont dans un stade développemental (l’adolescence) qui est surtout consacré à une recherche d’identité.

Pour ce qui a trait à l’intervention, que fait le PIAMP avec ces jeunes?

On pourrait reformuler la question en demandant que font ces jeunes avec le PIAMP ? En effet, le PIAMP est un organisme qui répond aux besoins d’adolescents-es et de jeunes adultes à partir des besoins exprimés par ceux-ci, l’intervenant-e planifie un plan d’intervention à la mesure de celui ou celle qu’il ou elle rencontre. Le but de cette intervention est de permettre à la personne qui demande le service de faire des choix éclairés. En ce sens, la personne intervenante ne doit pas avoir peur de mettre en lumière les conséquences positives et négatives des choix qui sont discutés. Les demandes se situent autour des problématiques suivantes :

  • Hébergement
  • Médiation familiale
  • Orientation sexuelle
  • Identité sexuelle
  • Traumatismes suite à des violences physiques ou psychologiques
  • Estime de soi
  • Problèmes juridiques
  • Problèmes médicaux
  • École ou autre apprentissage
  • Infections transmissibles sexuellement
  • Toxicomanies
  • Etc…
Les jeunes que nous rencontrons s’en sortent-ils?

La majorité des jeunes impliqués dans une forme ou une autre de prostitution s’en sortira un jour. La question est de savoir comment ils négocient leur existence après ce passage dans la prostitution. Tout dépend des expériences vécues lors de ce passage. Il y a des traumatismes qui laissent des blessures durant toute une vie dépendant de la personnalité de l’individu. Arrêter un comportement souffrant est intéressant en autant que la suite de l’existence ne soit pas vécue comme une misère. C’est pourquoi, l’après prostitution doit commander autant d’attention que le temps de la prostitution.

Quels sont les lieux de prostitution?

Les lieux de sollicitation sont la rue, certains bars de danse érotique, certaines agences d’escortes, certains salons de massage. De nos jours la sollicitation se fait par des moyens plus modernes, petites annonces sur internet, réseaux spéciaux, lignes téléphoniques spécialisées, chats, etc.