Archives par mot-clé : gangs de rue

Prostitution et gangs de rue

Nombreux sont ceux qui lient la prostitution aux gangs de rue. De tous temps, les milieux criminalisés se sont intéressés à la prostitution comme source de revenu, bien souvent en y combinant la vente de stupéfiants, comme les deux côtés d’une même pièce. Il n’est donc pas étonnant que les nouveaux visages de la criminalité à Montréal et dans les grandes villes canadiennes s’y intéressent aujourd’hui. Parmi ces acteurs, les gangs de rue, fortement influencés par la culture hip hop et les valeurs véhiculées par la musique — «gangsta rap» — américaine, commenceraient même à privilégier le trafic des jeunes filles au commerce de la drogue, devenu trop dangereux en raison de la répression policière. Moins risqué, tout aussi payant, et beaucoup plus facile: les jeunes filles sont même consentantes ! …  au début, du moins.

Ce constat, établi par les forces policières à Montréal, est partagé par les membres des gangs qui y voient eux aussi une nouvelle tendance. Les rabatteurs débutent leur « carrière » à un âge précoce. Les écoles secondaires, les clubs fréquentés par les ados, les partys privés (organisés par des adultes… fréquentés par des ados), les chats et autres sites de rencontres internet, les maisons de jeunes sont des endroits de recrutement privilégiés. Le terrain de chasse est vaste et le métier de proxénète s’apprend tôt. En fait, les rabatteurs sont souvent des adolescents eux-mêmes enrôlés par un gang — une manière de recruter de futurs membres et d’approcher de jeunes recrues.

Devant ce constat inquiétant, comment réagir ? Plusieurs modèles d’intervention sont mis de l’avant un peu partout dans le monde. Au Québec, le gouvernement a préparé un « Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue 2007-2010 », lequel comporte 4 volets: (1)  la répression, (2)  la prévention et l’intervention, (3) la recherche et l’analyse et enfin (4) la formation et la communication.

Responsable de l’application du premier volet, le service de police de la ville de Montréal (SPVM) a adopté une approche intégrée elle-même en 4 axes d’intervention reprenant de près les 4 volets du plan gouvernemental.

En tant qu’organisme communautaire, le Piamp est plutôt concerné par la prévention, par l’intervention directe auprès des jeunes concernés — ici les jeunes filles et les jeunes pimps (proxénètes juvéniles) — par la communication avec les milieux concernés et par la recherche en matière d’intervention.

Si la littérature en matière d’intervention auprès des gangs de rue commence à prendre de l’étoffe (davantage en anglais qu’en français il me semble), les modèles d’intervention spécifiques aux jeunes engagés dans des activités de proxénétisme se font plus rares. J’ai regroupé ci-dessous quelques livres de référence sur l’intervention auprès des délinquants sexuels, bien que non pertinents à 100%.

Les références paraissant ci-dessous se trouvent aussi dans la section documentaire du site: Documents et références. Toute nouvelle source documentaire apparaîtra dans cette section.

Je vous invite à me faire part de vos propres sources documentaires, si vous en avez — que ce soit sur le proxénétisme juvénile ou sur la prostitution juvénile en général d’ailleurs.

Avant de vous quitter, je m’en voudrais de ne pas mentionner le livre de Michel Dorais: Jeunes filles sous influence – Prostitution juvénile et gangs de rue (parue en anglais sous le titre Gangs and Girls: Understanding Juvenile Prostitution) et sur lequel je reviendrai plus tard.

Références

Intervention auprès des délinquants sexuels