Retour à la liste des questions

Quelle est la différence entre la décriminalisation et la légalisation de la prostitution?

La décriminalisation signifie l’élimination des lois qui interdisent le travail du sexe, alors que la légalisation signifie la création de nouvelles lois qui permettent, mais encadrent le travail du sexe. Le Piamp prend position pour la décriminalisation du travail du sexe chez les personnes adultes. Pourquoi ne pas prendre position pour la légalisation? 

D’abord, parce que les mouvements sociaux et les regroupements de travailleur·euses du sexe demandent la décriminalisation. En général, nous croyons que les personnes concernées par les enjeux sociaux sont celles qui sont le mieux placées pour définir leurs besoins. Il est possible de consulter, par exemple, les recommendations de l’alliance canadienne pour la réforme des lois sur le travail du sexe en cliquant ici. Cette alliance regroupe plusieurs organisations de défense de droits des travailleur·euses du sexe. 

La légalisation n’est donc pas une solution envisagée par ces groupes pour le moment. La légalisation continue de donner un pouvoir de surveillance et de punition à l’État et donc, à la police. Les travailleur·euses du sexe étant stigmatisé·es, iels sont déjà plus à risque de vivre de la violence policière. Cela est encore plus vrai pour les travailleur·euses du sexe trans, autochtones et racisé·es. De plus, la légalisation détermine les endroits où le travail du sexe peut être pratiqué. Si les places sont limitées, il faut compétitionner pour y accéder. Ce sont donc les personnes les plus privilégiées qui y ont accès : celles qui ont plus d’argent pour payer le local commercial, ou celles qui répondent aux standards de beauté car les employeurs croient qu’elles rapporteront plus d’argent, par exemple. Les travailleur·euses du sexe qui n’ont pas ces privilèges auraient difficilement accès aux lieux de travail légalisés et continueraient à être isolé·es et criminalisé·es. 

La décriminalisation permettrait donc aux travailleur·euses du sexe de garder plus d’agentivité et de pouvoir sur leur travail. 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0