À propos des échanges de services sexuels

Ici, vous trouverez des questions et réponses qui peuvent vous aider à mieux comprendre les échanges de services sexuels, les motivations des jeunes, etc.

Famille

Nous croyons que souvent, en tentant de cacher certaines réalités aux adolescent·es, nous créons des situations dans lesquelles iels n’ont pas accès à de l’information fiable et n’ont pas les outils pour prendre des décisions éclairées. Si ce n’est pas vous qui parlez d’échanges de services sexuels avec votre enfant, il sera tout de même en contact avec beaucoup d’informations à ce sujet. Ces informations peuvent provenir du cinéma, des journaux, des réseaux sociaux ou des ami·es. Nous croyons qu’il est important que ces informations reçues, qui ne représentent souvent pas tout à fait la réalité, soient discutées. 

Voici quelques conseils pour aborder le sujet : 

  • Faites des lectures sur le sujet si c’est un sujet avec lequel vous n’êtes pas à l’aise. Tentez de diversifier vos sources et d’aller lire des textes de personnes qui ont un vécu relié au sujet que vous souhaitez aborder. 
  • Portez attention à ce qui vous rend mal à l’aise lors de vos lectures. Pourquoi sentez-vous ce malaise? Pouvez-vous relier ce sentiment à des valeurs que vous avez? 
  • Réfléchissez à vos objectifs avant de commencer la conversation avec votre enfant. Voulez-vous comprendre ce qu’iel pense, lui transmettre de l’information, lui donner des outils pour assurer sa sécurité, lui transmettre des valeurs?  
  • Faites attention à ne pas peindre un portrait de la réalité qui serait exagérément négatif et qui viserait seulement à faire peur à votre enfant. Tôt ou tard, il risque de se rendre compte que la réalité est plus nuancée et il remettra alors en question toutes les mises en garde qu’on lui a faites. 
  • Posez des questions ouvertes et intéressez-vous réellement à la vision de votre enfant sur le sujet que vous abordez. 
  • Faites appel à un autre adulte de confiance qui pourrait agir comme confident·e de votre enfant et peut-être aborder le sujet un peu plus librement. 

N’hésitez pas à faire appel à un·e intervenant·e pour vous soutenir dans vos réflexions ou si vous avez des inquiétudes en lien avec ce que votre enfant vit. Nous sommes là pour vous! 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
1
0

Vers la fin des années 1970, le phénomène de la prostitution des mineur·es était complètement nié socialement, même dans le milieu des services sociaux. Par conséquent, le principal objectif des jeunes qui s’étaient regroupé·es pour créer l’organisme en 1982 était de faire reconnaître leur existence. Il fallait un nom explicite, frappant l’imaginaire et facile à retenir. Il fallait aussi un nom qui témoignait du soutien que l’organisme entendait proposer aux jeunes. 

Le nom complet de l’organisme, Projet d’intervention auprès des mineur·es prostitué·es, a donc été abrégé sous le sigle PIMP. Un pimp, aussi appelé proxénète ou souteneur, est une personne qui vit des fruits de la prostitution de personnes qu’il prétend protéger. Cependant, par définition, un souteneur, c’est aussi quelqu’un qui soutient, qui défend une idée, une cause. Vous voyez où tout ça nous mène? 

La demande d’incorporation a donc été présentée avec ce nom, ce qui a été refusé par les autorités gouvernementales. Les jeunes, à l’époque, ont insisté pour garder le nom. Rappelons-le, pour eux, il fallait un nom choquant pour attirer l’attention sur leur réalité. Dans les mouvements sociaux, la réappropriation de termes dégradants est commune : on peut penser aux termes « queer » ou « pute », que certaines personnes revendiquent avec fierté. 

Comme le nom complet reflétait bien les valeurs de base de l’organisme, il fut décidé de soumettre à nouveau la demande d’incorporation avec l’abrégé suivant : PIaMP. En fait, ce petit « a » est très important, car le mot qu’il représente, « auprès », veut dire : « à ses côtés ». Cela signifie qu’au PIaMP, nous ne faisons pas d’intervention pour faire cesser la prostitution, sauf si c’est ce que les jeunes veulent. Nous visons à accompagner les jeunes qui le veulent dans leurs démarches vers l’atteinte de leurs objectifs.

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0