Guides, outils et thèmes

Salut! Ici, tu trouveras des guides, des outils et des questions et réponses par thème pour t’aider à t’informer, à prendre des décisions ou pour aider un·e ami·e.

Guides et outils

Questions et réponses par thème

1. Échanges de services sexuels, travail du sexe, prostitution

La définition stricte d’une personne prostituée renvoie au fait qu’une personne offre des services sexuels (des rapport sexuels physiques, des images et vidéos sexuelles, des massages érotiques) en échange d’un paiement qui peut prendre plusieurs formes comme de l’argent, des biens, des services.

Faire des activités de prostitution a été (et est encore aujourd’hui) mal vu dans la société. Les termes « prostitué·e » et « prostitution » renvoient souvent à une étiquette négative et rabaissante. Beaucoup de personnes qui vendent des services sexuels préfèrent alors désigner leurs activités comme du « travail du sexe ». Ces personnes préfèrent qu’on parlent d’elles en tant que travailleuses ou travailleurs du sexe. Une chose est sûre, il n’y a pas mieux placé·e que la personne elle-même pour définir ses pratiques et quels termes utiliser. 

Parlons franchement : c’est possible aussi que tu aies déjà entendu ou dit toi même le terme « pute » pour insulter quelqu’un·e. Très souvent ce terme est employé pour parler des personnes qui ont des relations sexuelles, qui flirtent, jouent de leur séduction, ou portent des vêtements qui dévoilent plus de peau, considérés comme « sexy ». Si « pute » est utilisé comme insulte, c’est parce qu’il fait écho au tabou et au caractère négatif qui entoure le travail du sexe. C’est un terme à éviter, sauf par les personnes qui se le réapproprient. 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0

La réponse courte est non. 

Les adolescent·es de 12 et 13 ans peuvent consentir à des relations sexuelles avec des personnes qui ont moins de 2 ans de plus qu’elleux et les adolescent·es de 14 ou 15 ans peuvent consentir à des relations sexuelles avec des personnes qui ont moins de 5 ans de plus qu’elleux. Pour ce qui est des adolescent·es de 16 et 17 ans, iels peuvent consentir à des relations sexuelles avec des personnes plus âgées et ce, sans limite d’âge

Cela ne s’applique pas lorsqu’il y a une relation d’autorité (enseignant·e, coach, figure parentale, etc.). Cela ne s’applique pas non plus lorsqu’il y a une rémunération (en argent, en échange de biens ou de services). 

Lorsqu’il y a rémunération, la loi considère que si la personne est mineure, elle est victime d’exploitation sexuelle. Même chez les adultes, le travail du sexe est criminalisé : il est interdit au Canada d’acheter des services sexuels. Les personnes qui vendent des services sexuels sont considérées comme des victimes et les client·es comme des criminel·les. 

S’il est rapporté aux autorités qu’une personne mineure vend des services sexuels, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a pour mandat d’intervenir. Les interventions se font auprès de la personne mineure et de sa famille. Elles peuvent prendre la forme d’un suivi et, dans certains cas, d’un séjour dans un centre jeunesse. 

Malgré ces lois, des personnes mineures échangent et vendent des services sexuels pour plusieurs raisons et pour combler divers besoins. Si c’est ton cas, tu risques de vivre plusieurs difficultés : stigmatisation, isolement, conflits avec ton entourage, violences qui peuvent prendre plusieurs formes… 

N’hésite pas à contacter un·e intervenant·e du Piamp si tu vends des services sexuels ou si tu penses à le faire. Nous sommes là pour te soutenir, sans jugement. 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
2
0

2. ITSS

Contracter une ITSS (infection transmissible sexuellement et par le sang) est toujours un risque lorsqu’on a des relations sexuelles. Cependant, en utilisant des moyens de protection comme le condom, la digue dentaire ou la PreP, on réduit considérablement les risques de transmission de ces infections. De plus, lorsqu’on a plusieurs partenaires sexuels, que ce soit dans le cadre d’un travail ou non, il est recommandé de prendre des rendez-vous de dépistage régulièrement (environ à chaque 3 mois). 

Puisque les travailleur·euses du sexe sont en général très au courant de comment se protéger des ITSS et comment les détecter rapidement, iels ne transmettent pas plus d’infections que le reste de la population. C’est même le contraire! En effet, la population  générale n’est pas assez bien informée sur le sujet et beaucoup de fausses croyances persistent. Ces fausses croyances augmentent les risques de transmission des ITSS. 

Certaines personnes essaieront de te convaincre de ne pas porter de condom. Si tu es plus jeune que tes partenaires, iels risquent de penser qu’il est plus facile de te persuader et de te manipuler. Il peut être très difficile de négocier lorsqu’il existe un rapport de pouvoir entre deux personnes. 

Si tu as déjà vécu des situations dans lesquelles quelqu’un a essayé de te convaincre d’avoir une relation sexuelle non protégée alors que tu n’étais pas à l’aise, n’hésite pas à contacter un·e intervenant·e du Piamp. Nous sommes là pour t’écouter et t’outiller. 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0

3. Aider un·e ami·e

Si, comme pour beaucoup de personnes, tu as peu de connaissances sur les différentes formes de travail du sexe, nous te conseillons de ne pas rester sur une première réaction. En effet, de nombreux préjugés sont véhiculés et il est important d’être ouvert·e et de s’informer pour connaître un plus large éventail des réalités possibles. 

Voici quelques conseils que nous pouvons te donner:

  • Face à ce partage, soit dans l’accueil et la bienveillance. Il est important de ne pas sauter à des conclusions jugeantes et de prendre le temps d’écouter taon ami·e.  
  • La stigmatisation posée sur les personnes qui ont un sugar daddy (et plus largement qui échangent des services sexuels) est très forte. Garde en tête que taon ami·e est toujours la même personne que tu connais et apprécies.
  • Si tu as des inquiétudes, essaie d’évaluer d’où elles viennent: sont-elles associées à des mythes et préjugés sur le sugaring, ou elles s’appuient sur des faits que tu as observés ou entendus ?
  • Tes inquiétudes sont normales surtout si la sugar daddy est une personne plus âgée ou que taon ami·e est mineur·e. Il est possible en effet que taon ami·e vive de la violence ou de la manipulation. Dans ce cas, il faut qu’iel soit outillé·e pour reconnaître ces situations dangereuses. 
  • Si taon ami·e est ouvert·e à recevoir du support, tu peux lui fournir des lectures ou des ressources pour qu’iel obtienne de l’aide. Les intervenant·es du Piamp pourraient lae rencontrer.
  • Si taon ami·e n’est pas ouvert·e à recevoir du support, le plus important est que tu lui exprimes ta disponibilité et ton soutien
  • Si tu as de la difficulté à évaluer s’iel se trouve dans une situation de danger tu peux aussi contacter le Piamp qui t’aidera à évaluer la situation et agir en conséquence. 
  • Fais des lectures sur le sujet, tu peux commencer en lisant notre campagne sur le sugaring (à venir sous peu). 
  • C’est possible aussi que taon ami·e ne soit pas dans une situation de danger, surtout s’iel est majeur·e et a des outils pour s’affirmer et reconnaître les situations de violence. Dans ce cas, attention à ne pas te montrer insistant·e. Certaines questions relèvent parfois de la curiosité plus que du soutien et taon ami·e pourrait trouver tes questions fatigantes. Laisse lae décider quand iel a envie de t’en parler. 

N’hésite pas à aller chercher du soutien pour toi-même si tu as des inquiétudes, car elles peuvent être lourdes à porter. 

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0

4. Cybersécurité

La loi canadienne considère comme de la pornographie juvénile toute photo ou vidéo à caractère sexuel exposant une personne de moins de 18 ans. Donc oui, c’est techniquement illégal pour les personnes mineures. C’est légal pour les personnes majeures. 

Donc, selon la loi, il est illégal  : 

– de posséder, une photo ou une vidéo à caractère sexuel d’une personne de moins de 18 ans;

– de produire, c’est-à-dire prendre une photo ou une vidéo à caractère sexuel d’une personne de moins de 18 ans;

– d’avoir accès, c’est-à-dire faire le choix de regarder ou chercher à obtenir une photo ou une vidéo à caractère sexuel d’une personne de moins de 18 ans;

– de distribuer ces images, c’est-à-dire envoyer une photo ou une vidéo à caractère sexuel d’une personne de moins de 18 ans;

Mais il y a une exception à la loi. Cette exception permet à des personnes mineures d’enregistrer  leur propre activité sexuelle, tant qu’elle est produite de manière consensuelle. Seules les personnes qui ont participé à l’enregistrement (vidéo, photo) peuvent le conserver, maisne peuvent le montrer à personne d’autre. Cela signifie qu’un.e adolescent.e ne pourrait pas envoyer de selfie à caractère sexuel à un.e autre adolescent.e. 

Cependant, il ne faut pas paniquer! Deux adolesent.es qui s’échangent des selfies de manière consentante ne devraient pas être puni.es légalement. 

Pour plus d’informations sur le sujet voir : Sextage : qu’est-ce que la loi permet ? et Cyberintimidation et distribution non consensuelle d’images intimes

Avez-vous trouvé cette réponse utile?
2
0

La sextorsion est un crime grave qui vise à soutirer de l’argent (ou d’autres formes de rétributions) à une personne en la menaçant de (re)partager ses photos ou ses vidéos intimes ou de les rendre publiques.

La sextorsion est une situation souvent vécue très difficilement. Elle peut occasionner diverses émotions (honte, peur, gêne, tristesse, etc.). 

Sache que tu n’es pas obligé.e de rester seul.e avec cette situation et que tu as le droit de recevoir de l’écoute et du support. Bien qu’il peut sembler difficile d’en parler, rappelle-toi que des intervenant.e.s sont là pour t’écouter sans te juger, et que partager ton expérience peut t’aider à trouver des moyens d’agir sur la situation. N’hésite donc pas à en parler à une personne significative. 

Les intervenant.e.s du PIaMP sont aussi là pour te soutenir dans ce genre de situation.  

Tu peux contacter un.e intervenant.es du PlaMP par message texte, téléphone ou par courriel. Tu peux même planifier un rendez-vous. Voir Parler à un.e intervenant.e

D’autres possibilités s’offrent aussi à toi, selon tes besoins, tes valeurs et ta perception de la situation que tu vis.

Dans un cas de sextorsion, Cyberaide.ca te recommande: 

– mentionner à la personne qui te menace que tu sais ce qu’est la sextorsion, que tu connais les conséquences légales et que tu comptes dénoncer ses actions. Ensuite, de cesser immédiatement toute communication avec la personne;

– de ne pas céder aux menaces (bien que cela puisse sembler difficile à faire, il se pourrait que les menaces continuent ensuite); 

– de garder des preuves et des captures d’écran des échanges que vous avez eu;

Ressources disponibles : 

  • Les intervenant.es du PIaMP
  • Tu peux faire un signalement directement sur la page de Cyberaide.ca.
  • Des cliniques juridiques tel que Juripop ou Rebâtir qui pourraient t’offrir de l’aide dans ta situation. 
  • Tu pourrais aussi songer à signaler la situation à la police et à déposer une plainte. Ce choix t’appartient. Sache que les intervenant.e.s des organismes jeunesse ou même le.la sexologue de ton école peuvent t’accompagner dans les démarches judiciaires.
Avez-vous trouvé cette réponse utile?
0
0